Home / CULTURE / A L’OCCASION DU 27EME ANNIVERSAIRE DE SON DÉCÈS, HOMMAGE POSTHUME À FEU ODETTE DU PUIGAUDEAU, UNE BRETONNE AMOUREUSE DU DÉSERT

A L’OCCASION DU 27EME ANNIVERSAIRE DE SON DÉCÈS, HOMMAGE POSTHUME À FEU ODETTE DU PUIGAUDEAU, UNE BRETONNE AMOUREUSE DU DÉSERT

Odette Loyen du Puigaudeau,  (20 juillet 1894 - le 19 juillet 1991)
Odette Loyen du Puigaudeau, (20 juillet 1894 – le 19 juillet 1991)
A l’occasion du 27ème anniversaire de son décès, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et le Centre des études sahariennes (CES) ont organisé une cérémonie d’hommage à Mme Odette du Puigaudeau, ce jeudi 19 juillet 2018 à la Bibliothèque nationale BNRM à 17h. Feu Odette Loyen du Puigaudeau, née le 20 juillet 1894, à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure) et morte le 19 juillet 1991 à Rabat au Maroc, est une ethnologue française.
Odette du Puigaudeau et Marion Senones
Odette du Puigaudeau et Marion Senones

Feu Odette du Puigaudeau est née à Saint-Nazaire en Bretagne le 20 juillet 1894. Artiste douée, et aventurière infatigable, elle a sillonné, à partir de 1933, à dos de dromadaire ou à pied les déserts marocain et mauritanien. De ses pérégrinations, elle nous a légué une bibliographie exceptionnelle, riche de documents et d’illustrations saisissant l’originalité de la culture beydâne. Elle est décédée à Rabat le 19 juillet 1991.
Sa bibliographie exemplaire contient des récits de voyage, des travaux sur l’histoire de la culture beydâne, des articles, des témoignages et quelques romans inspirés de son expérience saharienne.
‘Au contact de la vie saharienne authentique, vécue au ras du sol, sur les pistes et dans les campements, notre voyageuse ne devait pas tarder, en effet, à découvrir la grande leçon d’humilité, de fraternité et de respect des différences que devrait toujours comporter la rencontre avec une culture nouvelle’, écrit Théodore Monod.

Pour Pierre Bonte, « La vision artistique d’Odette du Puigaudeau ne s’exprime pas seulement dans son graphisme ou dans la photographie. Elle se traduit dans une langue à la fois précise et raffinée, qui se plaît à rendre compte de la complétude des couleurs, de la grâce des mouvements, de la stabilité des formes’.

« L’odyssée est passionnante et le répertoire iconographique en dit long sur cette dimension typique du monde beydâne. De l’Oued Noun jusqu’au fleuve Sénégal, et de l’Atlantique jusqu’à Tombouctou, les thèmes décoratifs, les matières premières, les goûts artistiques, les objets artisanaux, les couleurs sont autant d’indices témoignant d’une identité culturelle partagée par les populations du Royaume du Maroc, de la Mauritanie et du Mali »
Brahim Boutaleb, qui a préfacé son ouvrage “Arts et coutumes des Maures”.

Cette cérémonie s’est tenu avec la participation de MM. Mohamed Cheikh Biadillah, parlementaire, ancien président de la Chambre des conseillers, Brahim Boutaleb, historien, professeur émérite à l’université Mohammed V de Rabat et Hassan Kamil, anthropologue, professeur à l’université Cadi Ayyad de Marrakech, sous la modération de M. Rahal Boubrik, anthropologue.

Issue d’une famille de la bourgeoisie, fille du peintre de l’école de Pont-Aven Ferdinand-Auguste-Marie Loyen du Puigaudeau (cousin germain de l’écrivain Alphonse de Châteaubriant), et de Blanche-Henriette-Idalie Van Den Broucke, Odette du Puigaudeau réside à partir de 1908 au Croisic (Loire-Atlantique) dans le manoir de Kervaudu. Enfant unique, elle est instruite à la maison par ses parents. En 1920 elle monte à Paris pour s’inscrire à la Sorbonne au cours d’océanographie du professeur Jourdin dans l’espoir d’être engagée au laboratoire marin de Carthage en Tunisie, sans succès. Elle est ensuite dessinatrice dans les laboratoires du Collège de France, styliste chez Jeanne Lanvin, journaliste à L’Intransigeant et dans des revues féminines, et enfin ethnologue. En 1929, elle devient l’une des premières femmes à s’embarquer sur des thoniers bretons. Elle a décrit d’une façon remarquable la vie dans les îles bretonnes de l’entre deux guerres dans son livre Grandeur des îles. Refusée par le commandant Charcot pour une expédition au Groenland, car il n’acceptait pas les femmes, elle découvre par la suite d’autres grands espaces dans le désert du Sahara à partir de janvier 1934, avec son amie Marion Sénones. Fondatrice en août 1940 à Paris du Service féminin français, elle assure à partir de cette date des missions de préhistoire et d’ethnographie pour divers ministères et sociétés savantes. Elle s’établit à Rabat en 1961, où elle réalisa pour la radio des émissions culturelles de 1961 à 1962, devint documentaliste au ministère de l’Information en 1963, et chef du bureau de préhistoire au Musée des antiquités de Rabat de 1970 à 1977. Elle eut pour compagne l’artiste peintre Marion Sénones, (1886-1977), qui partagea sa vie de 1932 jusqu’à son décès à Rabat en octobre 1977. Odette du Puigaudeau a écrit huit livres, de nombreux articles et un traité sur le peuple maure. Son travail ethnographique, scientifique et littéraire est un hommage aux peuples du Sahara marocain.

Publications:

  • Pieds nus à travers la Mauritanie, préface du général Gouraud. Couronné par l’Académie française, Plon, 1936. Phébus, 1992.
  • La grande foire aux dattes, couronné par la société des Gens de Lettres, Plon, 1937.
  • Le sel du désert, éd. P. Tisné, 1940. Phébus, 2001.
  • La route de l’Ouest (Maroc-Mauritanie), éd. J. Susse, 1945.
  • Grandeur des îles, Julliard, 1946, Julliard 1989. Payot 1996 (préface de Monique Vérité).
  • Mon ami Rachid, Guépard, Albin Michel, 1948.
  • Tagant, Julliard, 1949, Phébus 1993.
  • La piste Maroc-Sénégal, Plon, 1954.
  • Le passé maghrébin de la Mauritanie. Rabat, Ministère d’État chargé des Affaires Islamiques, 1962.
  • Art et coutumes des Maures, 6 volumes
  • Memoire du pays maure, (1934 – 1960)
A Lire aussi  L'opposition équato-guinénne appelle au référendum et traite Hayatou de Dictateur

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Maroc / Sommet Africités 2018: Roi Kongo Mfumu Difima: « La RDC doit bien préparer les élections »

Le roi du Kongo, qui est aussi appelé Ntinu (de « refuge » celui qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *