Afrique / la haine en héritage, l’Algérie poursuit son acharnement sur le Maroc.

Riot police clash with university students during a demonstration in Algiers REUTERS/Ramzi Boudina
Riot police clash with university students during a demonstration in Algiers REUTERS/Ramzi Boudina

Il ne faut jamais lancer de pierre quand on habite une maison de verre.

Depuis le début des actions de protestation à Al Hoceima, l’Algérie n’a cessé de monter au créneau par l’intermédiaire d’organes de presse à la solde de ses services de renseignements.

Au-delà de l’inimitié séculaire du voisin de l’Est, cette tactique vise surtout à détourner l’attention de l’opinion publique algérienne et internationale sur les véritables problèmes politiques, socioéconomiques et sécuritaires, entre un Président mourant, une stratocratie omnipotente et une crise identitaire en ébullition dans l’ensemble d’une  région kabyle mortifiée. Cette tendance à vouloir masquer la morosité et le marasme ambiants en Algérie s’est particulièrement exacerbée depuis la chute des cours du pétrole sur le marche mondial ayant entraîne une baisse drastique des dépenses publiques.

Lire aussi:⇒ Afrique / Algérie: L’Algérie une «malédiction et gangrène géographique» s’abattant sur ses voisins….

Lire aussi:⇒ Algérie, Qatar et Émirats Arabes Unis, des pays qui ont la même rente « le pétrole » !!!

Le 14 juin 2017, une manifestation pacifique d’envergure commémorant le printemps noir de 2001, a été sévèrement réprimée dans le sang dans la ville algérienne d’Azazga, non loin de la Tizi Ouzou, fief incontesté de l’agitation indépendantiste kabyle. Des activistes et acteurs humanitaires agissant pour la cause kabyle ont été roues de coups par la machine de répression algérienne.

Police detain a protester during a demonstration against Algerian President Abdulaziz Bouteflika's decision to run for a fourth term, in Algiers March 6, 2014. Bouteflika on Monday formally registered his candidacy for April's election, one of the few times the aging independence veteran has spoken in public since suffering a stroke last year.  REUTERS/Ramzi Boudina (ALGERIA - Tags: CIVIL UNREST POLITICS ELECTIONS CRIME LAW TPX IMAGES OF THE DAY)
 Photo crédit: REUTERS/Ramzi Boudina 

https://www.youtube.com/watch?v=KZtYNgOy4Pw

Le même sort a été réservé à une manifestation similaire, organisée dans la nuit du 14 au 15 juin 2017 à la commune de « Larbaa Nath Irathen », dans les hauteurs de Tizi-Ouzou, ayant connu une répression sanglante d’émeutes menées par des partisans de l’indépendance de la Kabylie. Le nombre des victimes demeure inconnu au vu du Black-out médiatique autour de cette répression sans merci.

-Une journée auparavant (le 13.06.2017), le voisin algérien a fomenté une action de présumé soutien au « Hirak » en cours dans la ville marocaine d’Al Hoceima, en mettant au devant le prétexte d’un pseudo-devoir de solidarité avec le peuple « frère » du Rif. Force est de souligner que cette manifestation a été surtout marquée par le brandissement des drapeaux de l’Algérie, alors que les services algériens auraient mieux fait d’y tolérer plutôt les étendards amazighs et de la Kabylie pour éviter d’être pris au piège de leur propre stratagème.

Lire aussi:⇒ ONU / We Are You: LES DÉTENUS MOZABITES ONT ÉTÉ DÉFÉRÉS, AUJOURD’HUI, DEVANT LE PARQUET DE GHARDAÏA.

A cette occasion, un comite de soutien au « Hirak » d’Al Hoceima a été mis sur pied et une lettre ouverte émargée par une pléiade d’entités fantoches et de personnalités algériennes à la solde du tentaculaire DSS, a été adressée au Président français, Emmanuel Macron, à la veille de sa visite au Maroc, dans une tentative désespérée d’entamer l’excellence des relations maroco-françaises.

Deux jours plutôt, faut-il encore le rappeler, la presse algérienne s’est, une nouvelle fois, comme à l’accoutumée, acharnée sur le Royaume en publiant en masse des articles prétendant que le « peuple marocain veut la chute du Roi Mohammed VI » et que des « centaines de milliers » de citoyens marocains ont investi la rue contre « la corruption et la dépravation », en allusion à la marche de Rabat le 11 juin 2017, ou aucun slogan débordant la question de l’élargissement des personnes impliquées dans les événements d’Al Hoceima et Imzouren n’a été entonné.

 

Laisser un commentaire