Afrique / Chronique: Le festival le Marrakech du rire, pas si marrant que ça !

1 (2)

Je viens de terminer de visionner « le dernier show le Marrakech du rire » sur M6. Une très belle manière de communiquer sur le Maroc, diront les organisateurs. Marrakech a tellement pris une ampleur internationale qu’elle se détache d’années en années du Maroc. Une ville qui représente ce qui se fait de mieux en terme de globalisation, un exploit : pari gagné ou plutôt Paris a gagné. Marrakech est la ville francophone par excellence, un peu de France, un peu partout dans les rues de Marrakech. D’ailleurs, certains diront que la médina, c’est un village Gaulois au milieu des arabes.

Dernièrement, ce sont les franchises internationales qui ont posé sauvagement leurs bagages dans la ville ocre. Ce qui a finit par provoquer plusieurs fermetures de magasins tenues par des petits commerçant « Marrakchis ».
Je vous vois venir! ça a créé de nombreux emplois en contre-partie quand même! Vous n’avez pas tord, je vous l’accorde. Mais sachez que ce petit commerçant engrangeait des bénéfices dans sa boutique et ses économies lui permettaient de se projeter dans l’avenir. Une ambition saine afin de se développer dans le but entre autres d’acheter un bout de terrain pour construire sa maison de rêve. Un circuit économique vertueux qui profitait aux auto-entrepreneurs de la région.

Par contre, les emplois créés par les franchises, ne permettront en aucun cas à l’un de ses employés d’être patron un jour. Au meilleur des cas, il sera responsable de l’enseigne qui l’aura embauché et il pourra contracter un crédit qui l’enfermera dans une cage à poule (appartement économique) tout au long de sa vie. En revanche, ces enseignes engrangeront sur le territoire marocain des millions d’Euro de bénéfices qui profiteront à des multinationales aussi puissantes que des états.

Il est à noter que les pays africains n’ont pas les ressources nécessaires aujourd’hui pour pouvoir switcher d’une économie à une autre, du jour au lendemain. La chute de ces PME provoque une paupérisation de la société marocaine en augmentant l’écart entre les riches et les pauvres et détruisant la classe moyenne. De toute évidence, ces changements amènent déjà des déséquilibres sociaux inquiétants au Maroc.

Par: Thami Kamil

Laisser un commentaire