Angola / Cabinda: « pillage des ressources minières, répression… »

1

Le Cabinda est l’une des dix-huit provinces de l’Angola, située à l’extrême nord du pays. Exclave entre la République démocratique du Congo (RDC) et la République du Congo, il est séparé du territoire principal par une bande côtière d’environ 60 km dépendant de la RDC (constituant son unique accès maritime). Il est bordé à l’ouest par l’océan Atlantique. La capitale, Cabinda (appelé localement Tchiowa), peuplée de 598 210 habitants en 2014, est située sur la côte au sud-ouest du territoire, sur la rive droite du fleuve Bele (ou Lulondo).

Au moment de l’indépendance de l’Angola en 1975, ce dernier annexe manu militari l’enclave de Cabinda qui est depuis occupée illégalement par 50 000 soldats des forces armées angolaises, les FAA. Un gouvernement en exil du FLEC, Front pour la Libération de l’enclave de Cabinda, dirigé par le président Luis Ranque Franque, revendique l’indépendance du Cabinda. La situation des habitants est précaire. La lutte armée pour l’indépendance provoque une situation politiquement tendue et répressive

Lire aussi: ⇒ La fille du président angolais, offre 1,2 milliard d’euros pour Portugal Telecom

Le Front de libération de l’enclave de Cabinda (en portugais Frente para a Libertação do Enclave de Cabinda, en abrégé FLEC) est un mouvement indépendantiste armé fondé en 1963, actif au Cabinda, luttant pour l’indépendance de ce territoire contre l’occupation illégale de l’État angolais. Le président fondateur est Luis de Gonzague Ranque Franque.

 

Lire aussi: ⇒ Angola: CABINDA COMANDANT ANTONIO LUIS LOPES

 

 

Laisser un commentaire