Burkina: Charlemagne mène la guerre contre les Faux Médecins

Les activités du conseil régional de l’ordre des médecins de Ouagadougou ont été exécutées à hauteur de 74% au titre de l’année 2015. Si ce taux d’exécution incomplet (qui peut s’expliquer par le coup d’état de septembre et les élections de novembre), est loin de réjouir Charlemagne Ouédraogo, président du conseil régional de l’ordre, il y a quand même des motifs de satisfaction.

 le Pr Charlemagne Ouédraogo
le Pr Charlemagne Ouédraogo

« Nous avons reporté le reste des activités sur 2016 et nous espérons une année calme et le soutien des autorités pour faire en sorte que l’offre de santé soit de qualité et que nous extirpions les brebis galeuses des rangs des médecins ». Ce sont là les propos du professeur Charlemagne Ouédraogo qui fait remarquer qu’au total, cinq faux médecins ont été mis hors d’état de nuire sous son mandat qui date seulement de deux années.

Parmi eux, il y a Cheriff Dabo, qui avait été condamné à payer 40 millions de FCFA à l’ordre des médecins, à 24 mois d’emprisonnement ferme et 10 ans d’exclusion du Burkina. « Contre toute attente, Cheriff Dabo a bénéficié d’une liberté provisoire sur présentation d’un faux certificat médical signé par un faux médecin. Ce dernier a été interpellé le 31 juillet 2015. Il était médecin à la fonction publique avec un faux diplôme depuis 15 ans. A ce jour, Cheriff Dabo serait hors du Burkina », déplore le Pr Ouédraogo. « Nous demandons le soutien des autorités pour que ceux qu’on met hors d’état de nuire purgent leur peine et qu’ils ne se faufilent pas entre les mailles de la justice », ajoute le médecin.

Il y a également un certain Adaré. Il détenait près de huit cabinets « illégaux » dans la ville de Ouagadougou depuis plusieurs années. Il est actuellement à la MACO. Un troisième faux médecin, Mahamadi Ouédraogo, exerçait dans la fonction publique avec un faux diplôme de médecin.

Le quatrième est un infirmier qui aurait fait des cartes de visite de médecin et organisé une structure illégale pour exercer. Le cinquième se nomme Mahamadou Dicko. Il aurait introduit une demande d’embauche à l’hôpital Blaise Compaoré en tant que médecin anesthésiste. Suite aux investigations, il s’est avéré qu’il détenait des faux diplômes.

Tous ces  faux médecins, à l’exception de  Cheriff Dabo, sont détenus à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco). Un sixième faux médecin serait actuellement dans le viseur de l’ordre des médecins que dirige Charlemagne Ouédraogo. « Je souhaite que l’ensemble des faux médecins m’entendent et disparaissent du Burkina et qu’ils ne contribuent plus à détériorer la santé des populations », conclut le Pr Ouédraogo.