Algérie/ Enfin/Mouloud Hamrouche : « La situation est plus grave qu’on ne le pense »



Mouloud Hamrouche était, ce samedi 5 décembre, à Batna pour une conférence. La situation actuelle du pays est marquée par des « perturbations », de « l’instabilité », le « dénigrement des hommes » et « l’adoption de programmes et de projets et puis leur annulation ». Le système politique n’a pas su mettre fin à la crise liée au système de gouvernance, a-t-il expliqué.



 

Mouloud Hamrouche a prévenu contre les dangers du statut quo. Le premier est la « lutte entre les parties qui demeurent attachées aux outils du pouvoir » qui a fait qu’on se contente de changer des hommes en fonction des intérêts. « Le changement de responsables est devenu le plus grand danger contre la stabilité aujourd’hui », selon lui. Le deuxième est « l’absence d’une solution politique sérieuse et rapide » aux problèmes économiques.

Les mesures prises et les changements proposés ne feront qu’aggraver la situation des entreprises et de ceux qui ont des revenus limités. « La situation exige des réponses politiques dans les différents secteurs. Chaque décision non étudiée, non comprise et non soumise à un contrôle peut déstabiliser », a-t-il dit en insistant sur l’importance du « consensus » entre les différentes composantes de la société algérienne, la construction d’un État de droit et la mise en place d’un système démocratique.

Mais Mouloud Hamrouche est contre la chute du système malgré « ses défauts » et ce qu’il a produit « comme politique ». L’ancien chef du gouvernement a rappelé à ce sujet la situation des pays arabes aujourd’hui.

Il a appelé à faire la différence entre le pouvoir et l’État dont l’armée est la « colonne vertébrale ». « Dans un État moderne, l’armée protège l’État et non le gouvernement. L’armée n’est pas la base sociale du gouvernement mais la colonne vertébrale de l’État. Le pouvoir est conjoncturel et change avec le changement des personnes et des politiques mais l’État ne change pas », a-t-il expliqué.

« La situation est plus grave qu’on ne le pense », a assuré l’ancien chef du gouvernement devant la presse. « Quand on refuse de prendre au sérieux les signaux de l’impasse, il y a un problème et tout commentaire demeure superflu ! » Pas question donc de commenter la déclaration du général Toufik.

Questionné par TSA sur la condamnation du général Hassan, Mouloud Hamrouche précise : « Je suis entièrement d’accord et je soutiens les propos de Me Mokrane Ait Larbi pour que les droits du général Hassan soient garantis et préservés », a-t-il ajouté.

 

 

Avec, tsa-algerie