Une «réserve d’intervention» de 800 soldats français positionnée en Côte d’Ivoire

Abidjan – Quelque 800 soldats français formant désormais les Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) ont été positionnés, mercredi soir, à Abidjan au cours d’une cérémonie marquant la fin de l’Opération Licorne après douze ans de présence en terre ivoirienne, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

« Aujourd’hui la force Licorne laisse la place aux Forces Françaises en République de Côte d’Ivoire. C’est à la demande des autorités ivoiriennes que la France maintient cette présence militaire », a déclaré le Contre-Amiral Laurent Isnard, représentant le Chef d’Etat-major des armées françaises.

 

Selon lui, « ces forces sont compactes, flexibles et réactives. Elles sont adaptables et aptes à conduire un spectre de missions variées. Elles contribuent à la défense de nos intérêts nationaux, à la protection de nos 16 000 ressortissants ».

 

L’effectif actuel des FFCI oscille entre « 600 et 800 » soldats et sont commandées par le Colonel Nicolas Chabut. Cet effectif sera évolutif jusqu’en 2016.

 

Les Forces Françaises en République de Côte d’Ivoire constituent, a-t-il ajouté « une réserve d’intervention. Elles font parties de notre premier échelon de réaction en Afrique ».

 

« Aux Forces Françaises en République de Côte d’Ivoire, je dis toute ma confiance. Je sais que je peux compter sur vous, sur votre engagement et votre professionnalisme pour le maintient de la paix dans cette région du monde et pour le succès des armes de la France » a poursuivi le représentant du chef d’Etat-major des armées françaises.

 

Faisant le bilan de l’Opération Licorne, le Contre-Amiral Laurent Isnard, a rappelé que « depuis septembre 2002, 85 000 soldats ont porté avec succès les armes de la Force Licorne ».

 

« 27 de nos frères d’armes ont donné leur vie au cours de cette opération. Nous ne les oublions pas. Ils sont morts pour la France et la Côte d’Ivoire », a-t-il fait observer.

 

« Tout au long de ces années, notre dispositif s’est adapté à l’évolution de la situation. Nos armées françaises ont apporté un soutien déterminant au processus de réconciliation et à la paix dans ce grand pays de l’Afrique de l’Ouest, c’est notre honneur. La situation s’est normalisée, c’est notre fierté », a conclu le représentant du chef d’Etat-major des armées françaises.

 

Le ministre d’Etat ivoirien, ministre de l’intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko a salué le « rôle essentiel » joué par la Licorne dans le retour de la paix en Côte d’Ivoire. « Nous souhaitons la bienvenue aux Forces Françaises en Côte d’Ivoire », a-t-il ajouté.

 

Le camp militaire français de Port-Bouët (commune au Sud d’Abidjan), a été installé depuis le début des années 60. Les FFCI ne seront plus uniquement centrées sur la Côte d’Ivoire, elles ont vocation à devenir une base opérationnelle avancée et l’unique point d’appui logistique des forces pré positionnées sur la façade ouest-africaine.

 

La mission de formation des militaires des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) se poursuivra conformément au nouvel accord de partenariat de Défense signé le 26 janvier 2012. La France a des accords de coopération avec 24 pays d’Afrique dont la Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire