De « faux employés » dans les consulats d’Algérie de France où les « chaînes » commencent à 3 heures du matin

Les Algériens de France se plaignent régulièrement des lenteurs « épouvantables » au niveau des consulats de leur pays où ils se rendent pour retirer des documents administratifs ou renouveler les passeports et cartes d’identité nationale. Les nombreuses images d’Algériens faisant la « chaîne » de nuit ou très tôt le matin devant les entrées des consulats, les bousculades au moment de l’ouverture des portes confirment, largement, qu’ils ne protestent pas en l’air. Ainsi, à Grenoble, le 15 novembre dernier, un reportage de France 3, où les Algériens sont « plus angoissés » par les queues devant le consulat que par les nouvelles de la présence de Bouteflika dans une clinique de la ville. Le sujet a été évoqué samedi lors d’une rencontre, samedi, au siège de l’Académie diplomatique internationale de Paris entre le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal et Ramtane Lamamra, ministre des affaires étrangères, avec des représentants de la communauté nationale établie en France.

Selon l’agence APS, le Premier Ministre a écouté « durant plus de deux heures les préoccupations de représentants d’associations franco algériennes, d’hommes d’affaires, de cadres, mais aussi de simple citoyens ».

Il a été question, selon APS, de transfert du savoir-faire de la diaspora, de l’investissement en Algérie, des tarifs, jugés trop élevés d’Air Algérie, des difficultés liées au transfert de dépouilles de leurs proches défunts. Dans son édition d’aujourd’hui, le journal Echourouk, fait un récit plus pimenté de cette rencontre. Il rapporte que le conseiller à la Grande Mosquée de Paris et membre du CFCM, Abdallah Zekri, a interpellé le Premier Ministre sur la pratique, semble-t-il répandue, dans les consulats de recruter « sur papier » des gens qui sont payés mais qui ne travaillent pas. De faux emplois qui donnent droit à de vrais salaires.

Certains consulats, a-t-il déclaré selon le journal, « recrutent fils de responsables qui sont payés sans qu’ils ne travaillent. Ce sont des recrutements qui se font à la suite de demandes de hauts responsables en Algérie ».

Le conseiller de la grande mosquée de Paris a souligné que cette situation est d’autant plus grave que les consulats d’Algérie en France manquent de moyens financiers. Abdallah Zekri a soulevé la question alors qu’il évoquait les difficultés des Algériens de France à obtenir le passeport biométrique. Le Conseiller de la mosquée de Paris a souligné que les Algériens sont contraints à faire des queues à partir de 3 heures du matin, devant les consulats. Selon lui, le manque de personnel est la cause des difficultés rencontrées par les Algériens de France. M.Zekri a souligné qu’il faut de nouveaux recrutements de fonctionnaires pour que les Algériens puissent avoir les documents dans des conditions correctes, chose impossible en raison de l’absence de postes budgétaires. Le conseiller de la Mosquée de Paris a suggéré de renvoyer les faux fonctionnaires qui sont payés sans travailler et d’en recruter de nouveaux. Des vrais fonctionnaires qui feraient un vrai travail. Élémentaire!
Source: huffpostmaghreb

Laisser un commentaire