Home / POLITIQUE / La Kabylie: Conseil national du MAK : De l’Autonomie à l’Autodétermination

La Kabylie: Conseil national du MAK : De l’Autonomie à l’Autodétermination

Un événement majeur s’est produit le 27 avril 2014, à la veille même où Bouteflika devait prêter serment sur un fauteuil roulant et déclamer un passage renouvelant son engagement à défendre l’unité nationale. Des milliers de personnes ont défilé dans les rues de Tizi-Ouzou la capitale de la Kabylie pour réclamer l’autodétermination pour le pays kabyle. Ainsi les manifestants ont brandi des pancartes en faveur du GPK et du MAK et ont crié à tue-tête leur refus que Bouteflika soit leur président. Cette manifestation qui a drainé une foule des grands jours, a été organisée également pour protester contre la répression de la marche traditionnelle célébrant le Printemps berbère du 20 avril 1980 à laquelle a appelé une semaine auparavant ce même MAK ainsi que quelques anciennes figures du moribond Mouvement culturel berbère (MCB).

L’Etat algérien continue de terroriser la Kabylie. Un autre citoyen kabyle d’At Zmenzer, Amar Gada, vient d’être kidnappé par un groupe armé sévissant sur un territoire sur-militarisé par Alger. Complices, les services de sécurité algériens brillent par leur immobilisme devant la terreur. Encore une fois, c’est la population qui se mobilise pour libérer la victime. Le MAK exprime sa solidarité avec la victime et sa famille et souhaite qu’elle retrouve les siens le plus vite possible. Il dénonce l’attitude criminelle du régime algérien et le tient pour responsable de sa dangereuse conduite en Kabylie qui vise à établir une industrie du rapt au lieu du développement économique. Depuis 2005, la Kabylie, vit au rythme des kidnappings. Elle enregistre une moyenne d’un Kidnapping par mois. A chacune de ces terribles épreuves, l’Etat algérien s’illustre par une indifférence scélérate qui, en réalité, vise à soumettre un peuple indomptable qui finira tôt ou tard par avoir raison de ses ennemis. Le MAK appelle les Kabyles à la vigilance, à l’union, à la clairvoyance pour faire face à la politique criminelle du pouvoir algérien et pour déjouer ses conspirations diaboliques qui visent à la dislocation de la Kabylie en tant que peuple et nation. L’Etat algérien ne se manifeste en Kabylie que pour l’appauvrir, percevoir les recettes fiscales, entraver son développement, encourager et financer le salafisme pour bafouer la liberté de conscience et rabaisser la personnalité kabyle. Il est plus qu’urgent d’user de notre droit de disposer de nous-mêmes. Désormais, le Peuple kabyle n’a plus le droit de compter sur son oppresseur pour assurer sa quiétude et sa sécurité. Militer pour le recouvrement de notre souveraineté s’impose pour tout Kabyle épris de liberté. Seul un Etat kabyle démocratique, laïque et social est en mesure de garantir à la Kabylie un avenir de paix et de prospérité. Le MAK a exprimé sa solidarité avec la victime et sa famille ainsi que son soutien à toute action qui sera entreprise par la famille et le village pour la libération de Amar Gada. « Nous saluons la mobilisation de la population pour la libération de Amar Gada. La situation est dramatique. L’Etat algérien n’a pas seulement démissionné mais il constitue pour la Kabylie la source de tous les dangers. Le peuple kabyle ne peut compter que sur sa propre mobilisation et l’unité de ses rangs pour faire face à l’insécurité entretenue par le pouvoir algérien. La Kabylie n’a pas d’autre choix que de recouvrer sa souveraineté à travers l’instauration d’un Etat kabyle qui lui garantira un avenir de paix, de progrès , de liberté et de dignité », a déclaré Hocine Azem à Tamurt.info et Siwel.

About Mohammed Gherrabi

Check Also

Algérie / Kabylie: le passé noir de Kamel Feniche le nouveau président du Conseil constitutionnel à Béjaïa (témoignage)

En effet, Aissa Arab, l’un des détenus du mouvement du 19 mai 1981, a livré …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *